Blog

Insta Live

[instagram-feed num=9 cols=3 showfollow=false showbutton=false showheader=false]
Interview de Ysatis Kokolo

Interview de Ysatis Kokolo

Interview de Ysatis Kokolo

Portrait de Ysatis Kokolo, fondatrice de la Maison Ysatis, marque influente pour femmes d’influences.

Présentez-vous et votre projet ?

je m’appelle Ysatis Kokolo, je suis créatrice de mode et fondatrice de la Maison Ysatis, qui est une marque de vêtements française haut de gamme destinée aux femmes actives et influentes. La Maison Ysatis c’est une histoire de famille : j’ai baigné dans la mode depuis ma tendre enfance, ma grand-mère qui réalise des objets en raphia, ma mère qui fait de la couture sa passion et mes oncles tailleurs pour homme dont un reconnu dans le « show-biz ». C’était donc comme une évidence de suivre ce chemin artistique, avec un BAC artisanat et métiers d’arts en poche au GRETA de la mode. J’ai renforcé mes aptitudes pour l’élaboration de dessins ainsi que la conception d’un vêtement du début à la fin notamment via des stages pratiques.

Qu’est-ce qui vous a poussé à entreprendre ?

Ce qui m’a poussé à entreprendre est de pouvoir vivre de ma passion, une passion que j’ai étudié en école de mode. j’ai développé un désir de création intense. Après plusieurs expériences professionnelles dans l’administration et l’accueil en 2017, j’ai décidé d’arrêter de travailler afin de me recentrer sur ma passion : la création de vêtements. Je propose des confections uniques à la demande et j’ai commencé à me créer un réseau de partenaires et fournisseurs. J’ai structuré ma demande de création d’entreprise avec Pôle emploi, des déplacements des salons, des rencontres avec des chefs d’entreprises déjà implantées dans le métier en tant que vendeurs, des couturiers, des conseillers en image. En 2019, j’ai rencontré un designer, artiste, peintre, déjà implanté dans le monde de la Mode et du Show Business avec qui je collabore dans de nombreux projets. Je me suis formée à la création d’entreprise et j’ai pu me lancer grâce à la formation de Time2start afin d’installer La Maison Ysatis comme une référence.

Quel est votre élément différenciant par rapport à votre concurrence ?

Ce que nous apportons de plus c’est premièrement des coupes différentes, se basant sur des époques bien précises du 17e au 19 e siècle ou tout le monde doit trouver son bonheur, hommes femmes et enfant. Les marques d’aujourd’hui utilisent des coupes simples, la Maison Ysatis utilise des tissus noCoupes des matières nobles pour se rapprocher d’enseignes prestigieuses comme LOUIS VUITTON, GIVENCHY, CÉLINE. La Maison Ysatis veut incarner le changement avec des ethnies marginalisées, casser les codes et faire susciter chez l’acheteur le désir, l’envie de renouvellement. Deuxièmement, la diversification de mon art à travers des ateliers autour de la beauté (ateliers maquillages, photographie, design, conseils…) et aussi la possibilité de créer pour toute la famille des vêtements sur mesure.

« Un entrepreneur doit y aller étape par étape… une marche d’escalier doit avoir une bonne fondation, la patience est essentielle »

Quelle est votre ambition ?

Mon ambition est de pouvoir exporter mon showroom à l’international. C’est aussi de pouvoir faire profiter mes services via une marketplace, une sorte de Zalando pour artistes, car apporter mon savoir-faire et former de futurs artistes à l’échelle mondiale est mon objectif à long terme.

Pouvez-vous donner un conseil aux futurs entrepreneurs ?

Mon conseil est de faire les choses étapes par étapes car la vie d’un entrepreneur est comme un escalier marche par marche on y arrive et l’on ne fait que monter même si cela semble
long. Une marche d’escalier doit avoir une bonne fondation, la patience est essentielle.

Vous pouvez retrouver les création de la Maison Ysatis sur Instagram.

Interview de Assetou Coulibaly

Interview de Assetou Coulibaly

Interview de Assetou Coulibaly

Découvrez l’interview de l’entrepreneur Assetou Coulibaly, fondatrice de DessineMoiMonCocon, une agence de décoration d’intérieur qui démocratise l’aménagement d’intérieur.

Présente toi : 

Je suis Assetou Coulibaly, la fondatrice de l’agence de décoration d’intérieur DessineMoi MonCocon. J’ai commencé par être styliste modéliste pendant 4 ans puis j’ai décidé de faire un cursus commercial. Quand je suis rentrée dans la vie active, je suis devenue commercial pendant 7 ans et après ça, je suis rentrée dans le milieu des ressources humaines mais ça ne me correspondait pas du tout.
En 2014, j’ai eu mon enfant, ce qui m’a donné envie d’avoir un emploi qui matchait avec ma passion. En fait, je me suis rendu compte que je n’étais pas faite pour être assise toute la journée derrière un écran. C’est pour cela qu’en 2018 j’ai arrêté mon travail pour lancer mon agence.

Quelles sont les valeurs de ton agence ?

Je souhaiterais avant tout démocratiser la décoration d’intérieur. Je veux que les gens arrêtent de penser qu’on ne peut pas payer une décoratrice d’intérieur quand on vient d’un quartier populaire.

Qu’est-ce qui t’a donné envie d’entreprendre ?

Je me suis rendu compte que j’avais un besoin de liberté, d’épanouissement professionnel. Je voulais être avant tout, libre et ne pas avoir de contraintes horaires. Le fait de gérer mon temps et mon propre planning m’a beaucoup plu. Je souhaitais aussi évoluer dans un environnement qui me permettait une bonne adéquation entre vie personnelle et professionnelle.

Comment as-tu eu l’idée pour ton entreprise ?

Je me suis rendu à l’événement Pose ton idée organisé par Time2start et le fait d’écouter des entrepreneurs parler de leur entreprise, ça m’a donné envie de faire de même. J’ai donc décidé d’aller à la deuxième édition en 2019. A partir de là je me suis dit pourquoi pas moi.

Qu’est-ce que Time2Start t’a apporté ?

La formation m’a apporté beaucoup en maturité pour moi et mon business. Je suis parti de zéro avec mon projet et la formation m’a appris à faire des choses que je pensais être incapable de faire. La formation a été un vrai plus.

Quelle est la chose la plus importante que tu aies appris avec Time2Start ?

Time2Start a chamboulé mes plans, car pour moi il était hors de question de prendre des clients, sans que j’ai la formation de décoration d’intérieur. Cette étape a vraiment été importante pour moi parce que je ne me pensais pas capable de me lancer. Ça m’a donné une assurance pour “passer à l’action”.

Qu’est-ce qui te plait le plus dans l’entrepreneuriat ?

Ce qui me plait le plus dans l’entrepreneuriat, c’est le fait d’apprendre tous les jours et développer de nouvelles compétences. J’aime bien toucher à tout et apprendre dans divers domaines.

Quelle est ton ambition ?

Je dirai, avoir des collaborateurs et avoir une agence physique basée dans le 93. J’aimerais qu’il y ait parmi mes collaborateurs, un architecte, des artisans etc. pour qu’il interviennent chez les clients.

As-tu un conseil à donner pour les personnes qui veulent se lancer dans l’entrepreneuriat ?

Lancez-vous et n’ayez pas peur de ce qu’il peut se passer. Il faut aller au bout des ses idées et surtout essayer. Il faut avoir beaucoup de courage et un mental d’acier pour y arriver.

Interview de Anaï Guayamares

Interview de Anaï Guayamares

Interview de Anaï Guayamares

Découvrez dans cette interview entrepreneur : Anaï Guayamares fondatrice de Minka Images, une agence de production audiovisuelle spécialisée dans l’environnement et le social qui accompagne les associations et les entreprises à communiquer autour de leur actions.

Présente toi : 

Je m’appelle Anaï, je suis Péruvienne. Je suis arrivée en France en 2005 pour faire de la danse, avant ça je faisais des études de cinéma. Ensuite, j’ai changé de projet pour faire un master réalisation documentaire.

Qu’est-ce qui t’a donné envie de lancer ton entreprise ?

Ce qui m’a donné envie de lancer mon entreprise, c’est de réaliser mes propres projets, sur des sujets qui me tiennent à coeur. Je voulais aussi réunir mes deux passions : l’image et mon intérêt pour les thématiques sociales.

Comment as-tu eu l’idée pour ton entreprise ?

Je n’ai jamais eu l’idée de créer une entreprise, je me plaçais plus en tant que réalisatrice que entrepreneure. J’ai remarqué que la production d’un projet audiovisuel prenait beaucoup de temps en France. Je me suis dit, pourquoi pas aider des organismes dans leur communication audiovisuelle en créant une structure qui les accompagne. Cela m’a permis de lier l’une de mes passion à l’entrepreneuriat et en plus de continuer à développer mes projets de film en parallèle.

Qu’est-ce que Time2Start t’a apporté ?

La formation m’a apporté un cadre formel qui m’a permis de m’organiser et d’avoir des objectifs clairs pour les atteindre. A part ça, la formation m’a permis de dépasser mes peurs et de me lancer dans quelque chose de risqué. Ça m’a aussi permis d’échanger et de partager avec des gens qui veulent la même chose que moi : entreprendre.

Quelle est la chose la plus importante que tu aies appris avec Time2Start ?

Faire un business plan ! Non je rigole, je dirai plus de ne pas perdre de vue les valeurs de l’entreprise que tu crées. C’est très important. Je pense à ça, car je viens d’études artistiques. A l’époque, je pensais que la création et la gestion d’une entreprise ne concernait pas ses valeurs mais plus à l’argent et au business plan. Alors que le premier cours qu’on a eu avec Time2Start c’est justement : comment trouver ses valeurs d’entreprise. Découvrir cet aspect de l’entrepreneuriat a été une révélation pour moi.

Qu’est-ce qui te plaît le plus dans l’entrepreneuriat ?

C’est un peu à double tranchant mais c’est d’être son boss. C’est la liberté mais il faut savoir gérer cette liberté ce qui est très compliqué. Je dirai aussi, de pouvoir donner libre court à sa créativité.

Quelle est ton ambition ?

Par rapport à mon projet, je souhaite que mon entreprise ne s’occupe pas seulement de la prestation et du service mais qu’il y ait un réel accompagnement pour les artistes qui veulent réaliser leur projet. C’est tellement difficile de produire en France, surtout dans le cinéma documentaire. Je voudrais que mon entreprise soit comme un levier, qui débloque la création artistique des gens qui souhaitent s’exprimer.

As-tu des conseils à donner pour les personnes qui veulent se lancer dans l’entrepreneuriat ?

Je ne peux pas trop m’avancer sur ce qu’il faut faire ou ne pas faire, car je ne suis pas sûre que mon entreprise va marcher dès le début. C’est un risque qu’il faut prendre, il faut dépasser ses peurs d’échouer. Il n’y a pas de formule magique.

Retrouvez Anaï Guayamares sur LinkedIn !

Interview de Marta Tavares

Interview de Marta Tavares

Interview de Marta Tavares

Découvrez l’interview de l’entrepreneure Marta, fondatrice du salon de coiffure Lonicare, spécialisé dans les soins intensifs

Présente toi : 

Je m’appelle Marta, j’ai 27 ans et mon parcours est assez long et diversifié. J’ai commencé à travailler à l’âge de 15 ans où j’ai suivi une formation de mode puis une formation d’aide soignante. J’ai aussi travaillé dans un hôpital pendant plusieurs années pour ensuite faire une école commerce. En parallèle, j’ai commencé à apprendre à coiffer toute seule dès l’âge de 14 ans. Je coiffais des personnes à domicile, un peu comme passe temps. En coiffant, je me suis rendue compte que beaucoup de gens avaient des problèmes de chute de cheveux. Plus particulièrement chez les femmes africaines qui ont des coiffures lourdes, ce qui crée une sorte d’alopécie. Ma sœur en faisant partie.

Présente ton concept : 

Le concept de mon salon, est de venir en aide aux gens qui ont des problèmes de chute de cheveux mais pas seulement. Le salon Lonicare, proposera de traiter les soucis capillaires, à l’aide de soins fait maison ou des perruques. En plus des soins, le salon proposera aussi des coiffures basiques qu’on peut retrouver dans les salons affros.

Comment as-tu eu l’idée de ton d’entreprise ?

Comme je l’ai dit précédemment, ma sœur a rencontré des problèmes de chute de cheveux et ça été très compliqué pour elle de cacher cette maladie. Alopécie n’est pas une maladie grave mais elle est très dérangeante dans la vie de tous les jours. A partir de là, j’ai décidé de créer mon propre salon de coiffure spécialisé dans les soins.

Qu’est-ce que Time2Start t’a apporté ?

Cette formation, m’a apporté beaucoup de confiance en moi. Elle m’a permis de ne pas douter de mes capacités.

Quelle est la chose la plus importante que tu aies appris avec Time2Start ?

Je dirai d’oser faire les choses et ne pas regretter même quand on échoue.

Qu’est-ce qui te plaît le plus dans l’entrepreneuriat ?

D’être son propre patron mais aussi d’être fière d’avoir créé quelque chose à partir de zéro. Je pense qu’il y a peu de gens qui osent le faire et ceux qui le font ont cette petite fierté.

Quelle est ton ambition ?

J’espère avoir plusieurs salons en France et à l’étranger et pourquoi pas créer une gamme pour les hommes. J’espère aussi que mes enfants prendront la relève !

As-tu des conseils à donner pour les personnes qui veulent se lancer dans l’entrepreneuriat ?

Je dirai à ces personnes, de bien réfléchir à ce qu’elles veulent. pour leur projet. Je leur dirai aussi d’essayer par eux-mêmes, de donner vie à leur projet en testant et en parlant. De suivre une formation comme Time2Start pour être bien guidé durant toutes les étapes.

Interview de Emma Khaldi

Interview de Emma Khaldi

Interview de Emma Khaldi

Découvrez l’interview de l’entrepreneure Emna Khaldi, fondatrice de Consunus cabinet de conseils et de formations.

Présente toi : 

Je m’appelle Emna KHALDI. Je suis juriste de formation, ayant exercé dans le domaine juridico-social. Suite aux attentats de 2015, j’ai fondé l’association Halte à la haine dont le but est de prévenir les idéologies extrémistes et de promouvoir les valeurs républicaines.

Présente ton concept : 

Consunus est un cabinet de conseils et de formations pour accompagner les entreprises publiques et privées à la gestion de la diversité et à la prévention des risques idéologiques et discriminatoires. Les formations œuvrent à faire des diversités culturelles un moyen de cohésion sociale et de productivité. L’approche du cabinet Consunus est innovante, pluridisciplinaire et s’appuie sur une méthode générant des leviers transmissibles pour la gestion des situations conflictuelles.

Qu’est-ce qui t’a donné envie de lancer ton entreprise ?

Étant la fondatrice et la dirigeante d’une association, le fait de créer, développer et de concrétiser des projets me donne de l’adrénaline.

Qu’est-ce que Time2Start t’a apporté ?

Time2Start m’a permis de faire évoluer mon regard sur les entreprises privées et de valider mon projet. À travers l’accompagnement, j’ai pu bénéficier de conseils d’experts, cela m’a aidée à prendre de la hauteur et d’avoir une vision plus globale nécessaires pour développer le projet de Consunus. Toujours assoiffé de savoirs, Time 2 start m’a offert l’opportunité d’apprendre et de me perfectionner encore plus.

Quelle est la chose la plus importante que tu aies appris avec Time2Start ?

Je dirai d’avoir un regard transversal de l’entreprise et de ne jamais perdre de vue son objectif.

Qu’est-ce qui vous plaît le plus dans l’entrepreneuriat ?

L’esprit de challenge, de dépassement de soi et la liberté.

Quelle est ton ambition ?

Développer l’approche du cabinet Consunus à l’échelle nationale et internationale. Je souhaite que le cabinet réussisse à contribuer à la construction d’une société plus apaisée.

As-tu des conseils à donner pour les personnes qui veulent se lancer dans l’entrepreneuriat ?

Toujours croire en soi, et faire de chaque difficulté une opportunité pour se relever et aller de l’avant.

Pour rappel, Emna est Fondatrice et Spécialiste en prévention des discriminations et gestion du fait religieux.

Interview de Thomas Jaquet

Interview de Thomas Jaquet

Interview de Thomas Jaquet

Découvrez l’interview de l’entrepreneur Thomas Jaquet, fondateur de la première salle de boxe Apollo Sporting club à Lyon.

Présente toi : 

Je m’appelle Thomas Jaquet, j’ai 36 ans, j’ai grandi en région parisienne avec la passion du sport : j’ai d’abord pratiqué le rugby a un haut niveau régional pendant 20 ans puis j’ai découvert l’univers de la boxe il y a 10 ans. On retrouve d’ailleurs de grandes similitudes entre ces deux sports qui sont porteurs de valeurs fortes. Parallèlement, j’ai aussi fait un master d’économétrie ce qui m’a permis d’exercer le métier de chef de projet statistique au sein de plusieurs grandes entreprises comme Orange, L’Oréal, EDF, ou encore plus dernièrement Havas media. Aujourd’hui, à 36 ans, j’ai de nouvelles envies professionnelles. Notamment celle d’un projet plus personnel dans le domaine sportif pour recentrer mon travail sur des problématiques plus concrètes et pouvoir évoluer avec des personnes qui partagent la même passion que moi.

Présente ton concept : 

Je vais ouvrir une salle de boxe sous la forme d’une franchise de la marque Apollo Sporting Club. Je serai ainsi la première franchise de l’Apollo Sporting Club en dehors de la région parisienne, à Lyon. L’apollo sporting club s’inscrit dans une volonté de démocratisation de la boxe au plus grand nombre. Nous proposons des cours sans engagement, avec ou sans opposition et en petit comité (10 personnes max) pour une approche personnalisée qui permet à chacun d’évoluer à son rythme.

Mon objectif est d’ouvrir ma salle de boxe et de fitness dans le quartier de La Part-Dieu, un quartier très pertinent car bien desservi, avec une clientèle à la fois d’entreprise et résidentielle.

Comment as-tu eu l’idée pour ton entreprise ?

C’est un projet qui s’est présenté à moi un peu naturellement. Alors que je cherchais un nouveau projet dans l’entreprenariat à Paris, pour des raisons personnelles je passais de plus en plus de temps sur Lyon. Etant client de l’Apollo Sporting club à Paris, j’ai commencé à chercher un club équivalent sur Lyon, et je n’ai trouvé aucun club au niveau de mes attentes. J’ai fait des essais dans deux clubs différents mais je ne retrouvais ni la convivialité, ni une approche en petit groupe, ni le sans engagement qui étaient 3 critères forts de mes recherches. Après une recherche rapide j’ai constaté qu’il existait une véritable opportunité dans la région Lyonnaise, où la concurrence spécialisée boxe est peu présente. J’ai donc contacté les fondateurs de l’Apollo Sporting club qui cherchaient justement à se développer sous la forme de franchise.

Qu’est-ce que Time2Start t’a apporté ?

Le fait de pouvoir rencontrer d’autres entrepreneurs au même stade que moi était un plus. Comme on était sur les mêmes problématiques, ça nous a permis d’échanger et de créer une vraie communauté d’entraide. L’accompagnement avec mon parrain m’a été très bénéfique car j’ai pu avoir une aide personnalisée en fonction de mes besoins.

Quelle est la chose la plus importante que tu aies appris avec Time2Start ?

Je pense que c’est tout ce qui concerne la réflexion en amont d’un projet. Au début, on a tendance à vouloir rentrer trop vite dans le concret, sans avoir fait le travail de réflexion nécessaire sur l’identité de la marque. Time2start m’a permis de structurer mon travail et d’avancer étape par étape plus sereinement.

Qu’est-ce qui te plaît le plus dans l’entrepreneuriat ?

Cette forme de liberté. Pouvoir travailler pour soi, sur un projet qui nous ressemble et en choisissant ses partenaires, c’est un vrai luxe qui vaut vraiment la peine de s’en donner les moyens.

Quelle est ton ambition ?

Mon ambition à court terme, c’est de monter ma salle de boxe, créer une communauté, un lieu de vie autour de la salle. A long terme, je dirai créer un réseau de clubs sur la région Lyonnaise.

As-tu des conseils à donner pour les personnes qui veulent se lancer dans l’entrepreneuriat ?

Mon premier conseil, ça serait de bien se faire accompagner et de trouver des personnes qui ont une expertise dans différents domaines. Deuxièmement, je dirai qu’il faut bien prendre le temps de réfléchir sur son projet. Il faut tester auprès des gens, pour voir si le projet est pertinent, avant de commencer à investir plus de temps ou d’argent.